Les cercles de femmes, ou le retour de la sororité

Hier soir, je suis allée à un cercle de femmes. A vrai dire, cela fait quelques mois qu’à ma grande surprise, moi qui avais parfois tendance à me méfier des autres femmes ( ce qui montre à quel point la société peut influer juste sur nos pensées…), je participe et prends un très grand plaisir à ce type d’évènements, notamment ceux d’Aïda dans le Pas-de-Calais.

Dans ces cercles, je retrouve le plaisir de parler et d’échanger entre femmes, sans tabou, sans jugement. On parle, on rit (beaucoup), on pleure (souvent); parfois même on chante, danse ou encore on fait jouer nos instruments; nous célébrons le féminin sacré.

Il y a peu, je suis tombée sur un article parlant de ce type de cercle (je ne me souviens plus du lien par contre), disant que ce type de rassemblement servait à rabaisser les hommes et à se sentir « supérieures » aux autres; cet article m’a énormément surpris, car en ce qui me concerne je n’ai jamais eu ce ressenti ni entendu ce type de propos. Bien au contraire. Si ce type de cercle doit peut-être sa renaissance à l’emprise du patriarcat et des pressions que subissent quotidiennement les femmes (je précise que cet avis n’engage que moi), et qu’avoir un moment ou parler entre nous sans peur des jugements est une vraie délivrance, je n’ai jamais, je dis bien jamais, entendu de paroles négatives à l’égard des hommes. On se conseille parfois, on parle, on se confie au détour d’un petit mot ou d’une conversation, mais toujours dans le respect et l’écoute. De même, aucun jugement les unes sur les autres, peu importe la profession, l’apparence physique ou tous ces autres critères discriminatoires que l’on subit à longueur de temps. Ici, on est avant tout une personne, qui apportera sa petite pierre à l’édifice.

Personnellement, j’éprouve un grand plaisir à me rendre dans ces cercles; généralement, ils se déroulent à la pleine lune, ou encore à la nouvelle lune selon l’intention de celle étant la « gardienne » du cercle. Chacun de ces cercles donne lieu à des énergies différentes, mais c’est toujours très fort; le dernier auquel j’ai assisté, notamment, m’a totalement chamboulée pour des tas de raisons, aussi bien au niveau de l’écoute d’autres personnes, qu’au niveau de ce que certaines choses peuvent nous renvoyer.

Généralement, on effectue aussi un rituel lors de ces rassemblements, adapté à la date et à la saison: bénédiction mondiale de l’utérus, création de bâton de lune… ces moments sont toujours riches d’enseignements. Sans compter la magie et le bien-être que l’on peut ressentir: je repense souvent à ce grand cercle, regroupant différentes gardiennes avec leur propre cercle, réalisé au mois d’août en extérieur à la pleine lune. Quoi de plus beau que cette procession de flambeaux, ces sons de tambours, ces voix de femmes chantant en pleine nature? Ce moment précieux résonne encore en moi.

De tout cœur, j’espère que cet essor va continuer, et qui sait, entraîner avec lui la renaissance des cercles masculins également, afin que ces messieurs aient aussi leur moment pour eux?

PS: Je remercie profondément Aida, Ambre et Ingwi, qui m’ont permis de partager ces merveilleux moments.

PS2: Et non, nous ne dansons pas nues à la pleine lune autour d’un chaudron, messieurs!

25Sep

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *