Catégorie de blog : Vie personnelle

Contactez-nous !

Et si on lisait?

Ceux qui me connaissent bien le savent, je passe énormément de temps à lire livre sur livre dans les domaines ésotérique et spirituel, éternelle étudiante en quête de connaissances et insatiable curieuse. C’est cette soif de lecture permanente (donnant vie à une pile de lecture à la stabilité douteuse à côté de mon livre) qui me pousse, amis lecteurs, à rédiger à partir d’aujourd’hui des reviews régulières sur mes lectures en plus des tarots et oracles. Après tout, je le fais déjà constamment sans m’en rendre compte à l’oral ou en messages privés (et quand je ne le fais pas et réussis à me tenir, certains viennent me demander des avis réguliers sur telle ou telle lecture, réussissant aussi parfois au passage à déclencher des achats compulsifs sur de nouveaux livres à acheter « là maintenant tout de suite »).

J’espère réussir à avoir une cadence de publication assez régulière, selon mes lectures et surtout le temps. Dans tous les cas, c’est avec un grand plaisir que je vous partagerais mes lectures, et mon avis totalement objectif (hum). J’ai hâte de vous partager mes découvertes !
01Juin

Concours de Yule: gagnez un tirage bilan « Portrait Chinois »

Vous avez envie d’un tirage pour les fêtes? Participez donc au premier concours de « Entre Chien et Loup » pour avoir la chance de gagner mon tout dernier tirage bilan: « Portrait Chinois », que je ne vous dévoilerais normalement qu’en janvier. Ce tirage est idéal pour la nouvelle année, dévoilant un instané de votre vie, mettant en avant les zones d’ombres et les influences, vos conseils et soutien… le tout en mélangeant plusieurs supports.
Pour gagner ce tirage, il vous faut:
-Aimer la page Facebook « Entre Chien et Loup »;
-Partager cette publication sur Facebook (pensez à mettre la publication en public, afin que je puisse la voir!).
Le tirage au sort aura lieu le 21 décembre, jour de Yule, et sera livré dans la semaine qui suit via e-mail.
A vos claviers!
09Déc

Oser vivre du tarot

Il y a quelques mois, j’ai fais un pari risqué et audacieux, ce genre de pari qui déroute souvent la plupart des gens: j’ai décidé de vivre de la taromancie et de la divination.

Costumière de mon premier métier (visible sur le site Madjeester ou sur Facebook), j’aime l’art sous toutes ses formes, et adore expérimenter des techniques, des moyens d’expression aussi variés que différents. J’aime ce travail plus que tout, mais au fil du temps, je sentais qu’il me manquait quelque chose, ce petit quelque chose qui paraît n’être rien au début, puis qui se fait de plus en plus lancinant: ma spiritualité. Ceux qui me connaissent bien le savent, je ne saurais désormais plus vivre sans cet état d’esprit, cette façon de penser, ce fil ténu qui relie les humains aussi bien à la nature qu’au divin.
Cette spiritualité s’accompagne de pratiques diverses et variées, dont une qui me passionne: la divination; en fait, je tire les tarots, cartes, oracles, runes… depuis de nombreuses années, et il est très régulièrement arrivé qu’on me demande des tirages, de façon timide au début, quasiment tous les jours maintenant. Avec le temps est donc née cette idée folle: pourquoi ne pas faire d’une pierre deux coups, et de faire de cette autre passion mon deuxième métier? Après tout, cela demande du temps, de l’investissement, de l’énergie… de la recherche, de la documentation afin d’apprendre encore et toujours… alors, pourquoi ne pas en vivre, tout simplement? Pourquoi ne pas donner un élan supplémentaire à toutes ces choses qui me tiennent à cœur, qui sont devenues une façon de vivre pour moi?

Après une longue réflexion, j’ai donc décidé de sauter le pas; c’était décidé, je pratiquerai la divination de façon officielle, entre autres activités. Evidemment, je n’abandonne pas mon métier de créatrice; simplement, je prendrai moins de commandes, et réaliserai ces tenues qui grouillent dans mon imaginaire et ne demandent qu’à voir le jour, et qui pourront être vendues ou louées. D’ailleurs, ces passions se rejoignent de plus en plus, de nombreux costumes sommeillant dans mes pensées ayant des mythes, légendes et autres chimères pour sources d’inspiration. pendant plusieurs années, ne pas pouvoir réaliser de projet personnel issu de mon imagination a été une réelle souffrance pour moi.

C’est ainsi que petit à petit, Entre Chien et Loup est né: le crépuscule a toujours été mon moment préféré de la journée, mais aussi… croyant aux animaux totems, le mien oscille souvent entre le chien et le loup, deux canidés qui m’accompagnent de manière fidèle. Pour la bannière, j’ai eu la chance de pouvoir travailler avec la talentueuse Zed Oras, qui a tout de suite compris ce que je désirais et qui j’étais réellement au niveau spirituel, tout en saisissant l’essence de ce que je voulais proposer à ma future clientèle.

Peut-être que ce pari est risqué, peut-être que cela paraîtra complètement « fou » aux personnes pour qui seuls certaines professions sont de « vrais métiers »; peu importe, je pense que lorsqu’on se sent poussé dans une voie, il ne faut pas la fuir mais au contraire y foncer. Après tout, tout ceux qui réussissent ont un jour essayé, non?

La vie est trop courte pour ne pas essayer de réaliser nos rêves.

27Sep

Chocolat chaud, plaid, câlins canins et vive l’automne

 

Petit à petit, le soleil se cache, les jours diminuent et la brume revient, enchanteresse et mystérieuse… Mabon passé, l’automne prend peu à peu ses marques et nous impose son rythme, son allure et ses couleurs, pour nous permettre de prendre une pause nécessaire et se ressourcer.

Chaque année, afin de mieux franchir cette période qui n’est pas toujours facile, je fais un petit rituel pour accueillir l’automne. Je ne parle pas ici du sabbat de Mabon, que je fête plutôt avec mes amis de l’Union d’Algiz, mais d’un petit rituel personnel, invitant l’automne dans ma maison et m’accordant sur les rythmes des saisons. En effet, en automne, une envie de repli sur soi se fait fortement sentir; le moment de prendre des forces pour l’hiver est arrivé, et la nouvelle année approchant avec Samhain demande une grande introspection afin d’accueillir au mieux ce renouveau.
Pour ce petit rituel, j’ai re-décoré mon autel aux couleurs d’automne, et allumé des bougies orangées tout en brulant un encens fait maison -comprenant de la cannelle, du clou de girofle et un petit morceau d’esperanto, le tout broyé au mortier- en souhaitant la bienvenue à cette nouvelle saison, et en pensant fortement à ces petits moments de calme que l’automne va nous apporter.

Si je trouve cette saison parfois difficile à vivre, c’est peut-être parce qu’on est dans une vie qui ne s’accorde plus profondément à la nature; tout va vite, toujours plus vite, et on ne prend plus le temps de se respecter, encore moins de s’écouter… de plus avec le manque de lumière, certaines personnes dépriment plus facilement par exemple.
Cependant, elle est aussi synonyme de bien des petits plaisirs: boire un chocolat chaud sous un plaid pendant que le vent souffle ; faire des câlins avec ma petite princesse (mon petit chien) en regardant la pluie tomber par la fenêtre en pensant qu’on est bien au chaud… regarder les arbres se parer de 1001 couleurs et le paysage changer… et commencer à se préparer des bonnes soupes de potimarron!!!

Alors accueillons l’automne avec joie, car il va nous permettre de nous poser un peu et de réfléchir sur nous-même et à nos futurs projets en attendant la rigueur de l’hiver!

S’endormir avec la douceur de l’automne… (Robe Madjeester, Photo Art by Caro, Modèle Elodie).

03Oct

Les cercles de femmes, ou le retour de la sororité

Hier soir, je suis allée à un cercle de femmes. A vrai dire, cela fait quelques mois qu’à ma grande surprise, moi qui avais parfois tendance à me méfier des autres femmes ( ce qui montre à quel point la société peut influer juste sur nos pensées…), je participe et prends un très grand plaisir à ce type d’évènements, notamment ceux d’Aïda dans le Pas-de-Calais.

Dans ces cercles, je retrouve le plaisir de parler et d’échanger entre femmes, sans tabou, sans jugement. On parle, on rit (beaucoup), on pleure (souvent); parfois même on chante, danse ou encore on fait jouer nos instruments; nous célébrons le féminin sacré.

Il y a peu, je suis tombée sur un article parlant de ce type de cercle (je ne me souviens plus du lien par contre), disant que ce type de rassemblement servait à rabaisser les hommes et à se sentir « supérieures » aux autres; cet article m’a énormément surpris, car en ce qui me concerne je n’ai jamais eu ce ressenti ni entendu ce type de propos. Bien au contraire. Si ce type de cercle doit peut-être sa renaissance à l’emprise du patriarcat et des pressions que subissent quotidiennement les femmes (je précise que cet avis n’engage que moi), et qu’avoir un moment ou parler entre nous sans peur des jugements est une vraie délivrance, je n’ai jamais, je dis bien jamais, entendu de paroles négatives à l’égard des hommes. On se conseille parfois, on parle, on se confie au détour d’un petit mot ou d’une conversation, mais toujours dans le respect et l’écoute. De même, aucun jugement les unes sur les autres, peu importe la profession, l’apparence physique ou tous ces autres critères discriminatoires que l’on subit à longueur de temps. Ici, on est avant tout une personne, qui apportera sa petite pierre à l’édifice.

Personnellement, j’éprouve un grand plaisir à me rendre dans ces cercles; généralement, ils se déroulent à la pleine lune, ou encore à la nouvelle lune selon l’intention de celle étant la « gardienne » du cercle. Chacun de ces cercles donne lieu à des énergies différentes, mais c’est toujours très fort; le dernier auquel j’ai assisté, notamment, m’a totalement chamboulée pour des tas de raisons, aussi bien au niveau de l’écoute d’autres personnes, qu’au niveau de ce que certaines choses peuvent nous renvoyer.

Généralement, on effectue aussi un rituel lors de ces rassemblements, adapté à la date et à la saison: bénédiction mondiale de l’utérus, création de bâton de lune… ces moments sont toujours riches d’enseignements. Sans compter la magie et le bien-être que l’on peut ressentir: je repense souvent à ce grand cercle, regroupant différentes gardiennes avec leur propre cercle, réalisé au mois d’août en extérieur à la pleine lune. Quoi de plus beau que cette procession de flambeaux, ces sons de tambours, ces voix de femmes chantant en pleine nature? Ce moment précieux résonne encore en moi.

De tout cœur, j’espère que cet essor va continuer, et qui sait, entraîner avec lui la renaissance des cercles masculins également, afin que ces messieurs aient aussi leur moment pour eux?

PS: Je remercie profondément Aida, Ambre et Ingwi, qui m’ont permis de partager ces merveilleux moments.

PS2: Et non, nous ne dansons pas nues à la pleine lune autour d’un chaudron, messieurs!

25Sep